Rencontres Études Globales – 14 et 15 février 2018

Journées thématiques. Temporalités et connexions dans une perspective globale.

 

PSL, Rue Mazarine, Salle du conseil, Jean-Paul Gaudillière et Sébastien Lechevalier

 

***

Suite aux précédentes journées de rencontres en octobre 2017, ces journées thématiques ont été organisées en février 2018 autour de la question des Temporalités.

***

Temporalités et connexions dans une perspective globale

 

La remise en cause des découpages chronologiques conventionnels – histoire ancienne, médiévale, moderne et contemporaine – constitue un des apports de l’histoire globale. Il est temps de dresser un bilan de cette réflexion tout en la poursuivant :

 

1) Les découpages chronologiques en histoire européenne. Une mise en perspective historiographique s’impose étant données les évolutions historiographiques dans ce domaine. Que reste-t-il aujourd’hui des périodisations académiques et quelles sont les alternatives proposées ?

 

2) L’essor des aires culturelles incite à un double questionnement. D’une part, chaque aire avance ses propres périodisations, plus ou moins liées aux historiographies nationales, voire nationalistes. Il s’agit donc de comprendre dans quelle mesure ces périodisations sont recevables et pour quels motifs. Mais d’autre part, l’histoire connectée, l’histoire globale et la world history encouragent, chacune à sa manière, à dépasser ces cadres traditionnels. En ce cas, comment proposer des périodisations capables de dépasser ces segmentations ? Quel rôle attribuer aux échelles temporelles ?

 

3) Les périodisations à elles seules ne constituent qu’un aspect du problème. Elles demandent à s’inscrire dans des débats non seulement historiographiques (à savoir, le moyen par lequel telle historiographie a pu produire telle périodisation), mais aussi épistémologiques. En ce cas, il s’agit de déterminer, tout d’abord, la nécessité des périodisations et leur raison d’être, et, en second lieu, la manière dont elles peuvent se relier aux problématiques plus générales des temporalités.

 

4) Cette dernière perspective, par exemple autour des trois temps braudéliens, renvoie aussitôt aux relations entre histoire, sciences sociales et sciences. L’article de 1958 combinait la longue durée à l’ambition d’intégrer histoire et sciences sociales. Cependant, depuis lors, cette interaction a été différemment mise en pratique. Aux USA, l’histoire relève essentiellement des humanités et il en va de même dans la plupart des universités françaises. Qu’en est-il actuellement au sein de PSL ? L’histoire est-elle encore une science sociale ou a-t-elle désormais basculé du côté des humanités ?

 

Une mise en perspective s’impose, notamment en tenant compte de l’essor des aires culturelles et de l’histoire connectée. L’érudition et les langues jouent un rôle central dans les deux cas, quoique de manière différente. Il est important de rendre ces différences explicites, puis, à partir de là, de préciser leurs relations avec les sciences sociales.

 

Rencontres Etudes Globales – Programme

Mercredi 14 février, EHESS, 105 bd Raspail, salle 8

Matinée 9-13 heures

Patrick Boucheron

Patrick Boucheron, Collège de France, allocution introductive

 

Quelles périodisations pour des mondes asiatiques connectés ?

Jérôme Heurtaux, Pascal Bourdeaux, Mélanie Pavy

Pascal Bourdeaux, EPHE

Melanie Pavy, Femis

Bing Zhao, CNRS-Collège de France

Salim Abdelmadjid, Marie-Dominique Even, Perrine Poupin

 

Marie-Dominique Even, CNRS-EPHE

Roghayeh Ebrahimi, PSL-EPHE-EFEO

Andrea Acri, EPHE-EFEO

Salim Abdelmadjid, Catherine Jami, Sandrine Ruhlmann, Rahul Markovitz, Clément Thibaud, Olivier Coulaux, Vinicius Ferreira, Andrea Acri, Roghayeh Ebrahimi, Claudia Damasceno-Fonseca, Bing Zhao, Jung sue Rhee, Stéphan Soulié, Jérôme Heurtaux

 

Mercredi 14 février, EHESS, 105 bd Raspail, salle 8

Après-midi 14-18 heures

 

Mondes africains et latino-américains. Spécificités et connexions

Alessandro Stanziani, Kae Amo

Amo Kae, EHESS-FFJ

Claudia Damasceno Fonseca, EHESS

Jérôme Heurtaux, Thiago Sapede

Thiago Sapede, EHESS

 

Mondes coloniaux et post-coloniaux : quelle périodisation ?

Jérôme Heurtaux, Dauphine

Sandrine Ruhlmann, Clément Thibaud, Olivier Coulaux, Stéphane Blumer, Vinicius Ferreira, Roghayeh Ebrahimi

Stéphane Blumer, EHESS

Vinicius Ferreira, EHESS

Salim Abdelmadjid, EHESS

 

En présence de : Patrick Boucheron, Alessandro Stanziani, Pascal Bourdeaux, Roghayeh Ebrahimi, Stéphane Blumer, Vinicius Ferreira, Sébastien Lechevalier, Bing Zhao, Catherine Jami, Julien Zurbach, Jérôme Heurtaux, Marie-Dominique Even, Elif Becan, Andrea Acri, Thiago Sapede, Salim Abdelmadjid, Rahul Markovits, Melanie Pavy, Kae Amo, Sylvain Laurens, Perrine Poupin, Clément Thibaud, Nathan Perl-Rosenthal, Sandrine Ruhlmann, Stéphan Soulié, Jung sue Rhee

 

***

 

Jeudi 15 février, PSL, 60 rue Mazarine, salle du conseil

Matinée 9-12 heures

 

Alessandro Stanziani, Sébastien Lechevalier, Jean-Paul Gaudillière, Claudia Damasceno Fonseca
Claudia Damasceno Fonseca, Kae amo

 

Périodisations et temporalités : vers une décentralisation de l’Occident ?

 

Julien Zurbach, ENS

Sebastien Lechevalier, EHESS

Jean-Paul Gaudillière

Jean-Paul Gaudillière, EHESS

Roghayeh Ebrahimi, Thomas Angeletti, Andrea Acri, Stéphane Blumer, Vinicius Ferreira, Thiago Sapede, Elif Becan

Elif Becan, ENS

 

En présence de : Alessandro Stanziani, Rogayeh Ebrahimi, Stéphane Blumer, Vinicius Ferreira, Sebastien Lechevalier, Bing Zhao, Julien Zurbach, Jérôme Heurtaux, Marie-Dominique Even, Elif Becan, Andrea Acri, Thiago Sapede, Salim Abdelmadjid, Rahul Markovits, Claire Zalc, Claudia Damasceno, Jean-Paul Gaudillière, Sylvain Laurens, Jonathan Larcher, Thomas Angeletti

 

 

 

 

One Response

  1. […] Suite à ces journées d’octobre 2017, des journées thématiques ont été organisées en février 2018 autour de la question des Temporal…. […]