Axe 2 : L’Europe décentralisée.

Le deuxième axe vise à contester le récit classique de la main mise occidentale sur le monde à l’époque moderne et contemporaine en en étudiant les principaux instruments, resitués dans la longue durée, le colonialisme, la domination sur les échanges économiques et l’universalisme.

Ici aussi il s’agit de décentrer les analyses en partant du constat que les connections de nos jours entre les différentes parties du monde ne constituent pas un phénomène nouveau, et qu’elles sont très largement extérieures à l’histoire coloniale ou universaliste européenne. Elles s’ancrent dans une histoire des 5 derniers siècles dans laquelle les migrations et le commerce, les Empires, les cités-Etats et les Etats nations, la religion et l’environnement, les communications et les guerres ont contribué à façonner le monde et relier ses différentes parties. Il s’agit de mettre en évidence les connections entre des régions spécifiques et des structures globales.

Cet axe est organisé autour de la collaboration de l’EPHE, de l’EHESS et de l’ENS. Sa préfiguration a été confiée à Hélène Blais de l’ENS, à Claudia Damasceno Fonseca, de l’EHESS et à et Alessandro Stanziani, du CNRS et EHESS.

Tous les projets financés par l’IRIS Études Globales
Projets financés transversaux aux trois axes
Projets financés liés à l’axe 1
Projets financés liés à l’axe 3
Projets financés liés à l’axe 2 :

Intitulé du projet :

Tribes and Faiths in the Wider Middle East since the Eighteenth Century

Porteur du projet :

Stéphane Dudoignon

Etablissement porteur :

EHESS

Etablissements partenaires :

Collège de France – EPHE

Axe de l’IRIS Etudes Globales ou projet transversal :

Axe : « Au-delà de l’Europe : connexions, dépendances et dynamiques historiques »

Résumé du projet :

À la fin du XXe siècle, les sciences sociales du Moyen-Orient ont négligé le fait tribal, postulant une dissolution de la tribu par l’exode rural des décennies d’après-Seconde Guerre mondiale. C’était avant la réémergence de celle-ci au cours des soulèvements, révolutions et contrinsurrections des cinq dernières années. Par une diversité d’études de cas, ce projet analysera l’impact des mutations du monde tribal sur l’émergence en son sein d’acteurs nouveaux promouvant des solidarités confessionnelles, et le rôle dans ces processus de la montée et de la chute d’empires et États-nations modernes. En lien avec le développement, à différents moments, d’ethnicités et de solidarités transfrontalières, nous examinerons le rôle des sociétés tribalisées dans le développement de transnationalismes religieux. Notre analyse interrogera, aussi, la notion même de Moyen-Orient à une époque où certaines sociétés exsoviétiques, par exemple, redécouvrent les connections entre leurs passé tribal et islamique.

Durée du projet (pour les colloques, date de l’événement) :

Juillet 2017 – Juillet 2019 (24 mois)


Intitulé du projet :

Second Session of the Travelling Doctoral School for Students from Northern and Western Africa (Saint-Louis du Sénégal, 11-18 september 2017)

Porteur du projet :

Jérôme Heurtaux

Etablissement porteur :

Dauphine

Etablissements partenaires :

EHESS

Axe de l’IRIS Etudes Globales ou projet transversal :

Axe : « Au-delà de l’Europe : connexions, dépendances et dynamiques historiques »

Résumé du projet :

The Second Session of the Traveling Doctoral School will take place at Gaston Berger University in Saint Louis of Senegal next september 2017. The aim of such event is too stimulate a long-lasting cooperation between young researchers from Northen Africa, Western Africa and Europe. The traveling Doctoral school is primarily intended to french speaking Phd candidates and young researchers from universities of Western and Northen Africa : Mali, Burkina Faso, Senegal, Tunisia, Algeria, Marocco but also Mauritania, Guinea, Ivory Cost, Togo, Benin…Those students should be in social sciences: sociology, political science, history, geography, anthropology, but also economy and law. They will be selected upstream. The school’s goal is to offer a methodological and practical support to young researchers in Western and Northen Africa and to strengthen the quality of their research. This program is organized each year in one of a partner university and lasts one week. The first doctoral school took place last September 2016 at the Institute of Sociology and Anthropology from the University of Letters and Human Sciences (ULSHB) of Bamako (Mali), with students from Senegal, Burkina Faso, Guinea, Tunisia, Algeria and Morocco. The 2016 thematic was “Academic Writing. How to write a research project, a dissertation or a paper”. The 2017 session will focus on “How models circulate between countries: comparing and analysing development, democracy and risks in Africa”.

Durée du projet (pour les colloques, date de l’événement) :

11-18 septembre 2017 (7 jours)


 Intitulé du projet :

Colloque international : Au-delà du Nord-Sud : Nouvelles territorialités entre l’Asie et l’Afrique

Porteur du projet :

Sébastien Lechevalier

Etablissement porteur :

EHESS

Etablissements partenaires :

Dauphine – CNRS

Axe de l’IRIS Etudes Globales ou projet transversal :

Axe : « Au-delà de l’Europe : connexions, dépendances et dynamiques historiques »

 Résumé du projet :

L’objectif du colloque international NTAA est d’étudier les nouvelles mouvances sociopolitiques, économiques et culturelles qui traversent l’Asie et l’Afrique en s’appuyant sur des travaux géopolitiques, macro ou micro-économiques, sociologiques ou encore ethnographiques. Il s’agit également de réfléchir sur les nouvelles méthodes et théories de recherches en sciences sociales face à ces phénomènes qui traversent les deux territoires en passant ou non par les pays du « Nord ». Comment la nouvelle présence asiatique en Afrique modifie le paradigme des recherches en sciences sociales ? Comment pourrions-nous déconstruire ou reconstruire les approches épistémologiques ou méthodologiques établies à travers les siècles d’héritage de recherches en sciences sociales sur l’Afrique et sur l’Asie, fondé essentiellement dans les contextes colonial et postcolonial ? Cette approche nous permet d’ouvrir les différentes perspectives, en déplacent nos regards du « centre » (Europe, Amérique…) vers les « périphéries » (Afrique, Asie…) et, à travers ce déplacement du regard, essayer d’aller au-delà de ces découpages et oppositions entre centre et périphérie, Nord et Sud.

Durée du projet (pour les colloques, date de l’événement) :

Novembre 2017


Intitulé du projet :

Travail, coercition et droits. Esclavage local dans une perspective globale

Porteur du projet :

Alessandro Stanziani

Etablissement porteur :

EHESS

Etablissements partenaires :

Dauphine

Axe de l’IRIS Etudes Globales ou projet transversal :

Axe : « Au-delà de l’Europe : connexions, dépendances et dynamiques historiques »

Résumé du projet :

Plus de deux siècles après la déclaration universelle des droits de l’homme, les révolutions française et américaine, puis les abolitions officielles et progressives de l’esclavage dans le monde au 20ème siècle, et en dépit de la charte universelle des droits de l’homme de l’ONU, la servitude et la traite sont encore largement répandus dans le monde entier. Cette école d’été réunissant de chercheurs et des spécialistes du terrain (ONG, Amnesty International, OIT) se propose de donner des analyses historiques, sociologiques, politiques et économiques de ce phénomène.

Durée du projet (pour les colloques, date de l’événement) :

13-16 juin 2017


Intitulé du projet :

Global History of Migrations in the first half of the twentieth century: revocation of nationality, trajectories of the persecuted in Europe and beyond

Porteur du projet :

Claire Zalc

Etablissement porteur :

ENS

Etablissements partenaires :

EHESS – Collège de France

Axe de l’IRIS Etudes Globales ou projet transversal :

Axe : « Au-delà de l’Europe : connexions, dépendances et dynamiques historiques »

Résumé du projet :

La densification des flux migratoires est une caractéristique majeure du premier vingtième siècle. Facteur d’échanges entre différentes sociétés nationales, européennes et extra-européennes, comme entre espaces métropolitains et espaces coloniaux, les migrations de populations sont autant de liens entre l’Europe et les espaces au-delà (continents américain, océanien, africain et asiatique), et au sein même du continent européen. Ce projet contribue à l’histoire de ces connexions en analysant les migrations des victimes de persécution dans le premier 20e siècle, interrogées dans leurs relations aux politiques de nationalité. La dimension transnationale est appréhendée par la reconstitution de trajectoires individuelles de migrants victimes de persécution dans différents espaces sociaux et nationaux et, par l’étude des retraits de nationalité, déchéances et dénaturalisations. Ce projet contribue ainsi de manière originale à la compréhension de la naissance du droit d’asile dans une perspective globale, dans le premier 20e siècle, à la hauteur des hommes et des femmes confrontés à la persécution.

Durée du projet (pour les colloques, date de l’événement) :

2017-2019 (36 mois)